Préambule…

Il a fallu laisser fondre un peu de neige sur les pentes du Canigou avant de rédiger le compte-rendu de ce Magic de Carcassonne pour que s’atténuent les sentiments de déception et d’amertume nés de cet évènement.

L’entrée…

Les coulisses de l'entrée du Magic 2018

…Des équipes.

Ces deux sentiments résultèrent de la conjonction de deux circonstances de jeu qui impactèrent tout l’effectif de Palau XIII mais aussi son organisation, exceptionnelle pour la première et récurrente pour la seconde.

S’agissant de la circonstance exceptionnelle, il est en effet incroyable de dénombrer autant de blessés, dans un même match et en un laps de temps aussi court ; qu’on en juge factuellement :

  • 41ème sortie définitive d’Omer Djalout , pilier (Palau XIII 18, TO 6),
  • 55ème sortie définitive de Marvin Merbah, demi d’ouverture, (Palau XIII 26, TO 10),
  • 62ème sortie définitive de Julien Bernard, seconde ligne (Palau XIII 26, TO 16),
  • 65ème sortie définitive de Nourdine Sebea M’lazema, pilier (Palau XIII 26, TO 16).

Nous ne ferons pas état, pendant les 24 minutes qui séparent la 41ème de la 65ème, de l’épaule démise de Jordan Boudebza ni de la main de Léandre Torres dont le volume avait doublé…

Les changements se faisaient de plus en plus rares à partir de la 41ème pour devenir impossible à partir de la 65ème… Le dernier quart d’heure s’annonçait difficile !

Pour évoquer l’aspect récurrent de la seconde circonstance il convient de mettre en perspective les consignes martelées par les entraîneurs, notamment, avant le match concernant la discipline et l’absence de toutes contestations des décisions arbitrales.

  • La première contestation qui pénalisa l’équipe d’abord, le club ensuite, intervint à la 63ème. Pénalité pour le TO avec 5 nouveaux tenus à jouer !
  • La seconde se produisit à la 70ème, sur nos 10m, quand l’équipe, en souffrance, défendait sa ligne mais menait toujours 26 à 16.
  • La troisième et dernière, de la 73ème, conduisit le duo arbitral à la sanctionner d’un carton jaune, laissant Palau XIII, qui menait toujours 26 à 22, jouer la fin du match en infériorité numérique.

On comprendra l’abattement des joueurs, entraîneurs, dirigeants et spectateurs supporters de Palau, quand au coup de sifflet final, ce match bascula d’une très probable victoire en irrémédiable défaite !

Souhaitons avant toute chose que les blessures physiques de nos joueurs ne soient pas trop graves et que nous les retrouvions prochainement à l’entraînement.

Ensuite, il faut féliciter nos vainqueurs qui l’ont méritée en ayant rien lâché et qui ne sont ni responsable de nos malheurs physiques, ni (et encore moins) des comportements contestataires de quelques uns.

Enfin il convient de rappeler les rôles respectifs de tous les protagonistes d’un match de rugby à XIII :

  • avant ou après un match
    • les dirigeants dirigent ( ils sont responsables de tout ce qui n’est pas directement lié au sportif, même s’ils peuvent éventuellement y participer à la demande des entraîneurs),
    •  les entraîneurs entraînent (organisent et décident de tout ce qui est directement lié aux joueurs et au match).
  •  pendant un match
    • les dirigeants sont des spectateurs (ils encouragent leur équipe),
    • les entraîneurs entraînent (organisent et décident de tout ce qui est directement lié aux joueurs et au match),
    • les joueurs jouent (parlent entre eux, s’encouragent),
    • les arbitres arbitrent (incarnent les règles et, à ce titre, doivent impérativement être respectés, y compris quand ils font une erreur. Ils décident de tout pendant la durée du match).

 

Rendez-vous dimanche 29 avril prochain, à 12h, pour des cochons de lait à la broche suivis par la réception de St Gaudens à 15h30.