Réunis, samedi 1 juillet au Barcarès, les clubs français étaient venus en nombre, écouter les responsables de la FFR XIII qui présentaient le calendrier de la prochaine saison.

Mathieu Khédimi, Vice-Président

Le Président, Marc Palanques, et son vice-Président, Mathieu Khédimi (responsable également du département compétitions et haut-niveau), présentèrent les modifications apportées aux calendriers précédents en exposant les raisons qui les conduisirent à ces transformations.

Il convient de rappeler, en préambule, l’un des objectifs poursuivit par la FFR XIII : la création d’un championnat professionnel dont le format pourrait être dérivé de celui de la Super League mais aussi et surtout dont le champ serait étendu à des terres plus septentrionales représentées par des villes importantes !

Pour rappel, la population légale au 1er janvier 2017 (source INSEE) pour les clubs et leurs communes en Élite 1 ressort, en nombre d’habitants, à : Toulouse 474246, Perpignan 122414, Avignon 94087, Albi 51794, Carcassonne 47465, Villeneuve-sur-Lot 24131, Saint Gaudens 11864, Lézignan-Corbières 11406, Limoux 10918 et Palau del Vidre 3252. Notre championnat compte 4 clubs appartenant à des villes de plus de 50000 habitants et 4 clubs, à des villages de moins de 15000 habitants…

Coup d’envoi du dernier Championnat d’Europe U19 en 2006

La principale modification affecte l’Élite 1 dont le championnat débuterait le premier week-end de janvier 2018 (les 6 et 7) pour s’achever (en théorie) les 7 et 8 juillet 2018. Le décalage du championnat de la fin du mois de septembre au début du mois de janvier, pour la prochaine saison, résulte :

  • de la Coupe du Monde de rugby à XIII 2017 qui se déroule du 27 octobre au 2 décembre 2017 qui concerne les meilleurs joueurs qui seraient absents des matchs aller du championnat qui garderait un calendrier inchangé,
  • de la création d’une Coupe d’Europe U19 (Angleterre, France, Ecosse, Pays de Galles, Irlande, Russie, Serbie et soit l’Italie, soit l’Ukraine qui joueront un match de qualification à Fogliano Deripuglia, au nord est de l’Italie au  printemps prochain) et sénior à la fin de l’été 2018. La Fédération Européenne de rugby à XIII l’a annoncé à l’issue de la dernière réunion de Belgrade, fin juin 2017, à laquelle Marc Palanques et Mathieu Khédimi participèrent activement. Cette compétition annuelle serait télévisée sur une chaîne gratuite et nationale !

 

Le nouveau calendrier prévoit un seul ″Magic Weekend″ dont les oppositions (1 contre 2, 3 contre 4, 5 contre…) seront déterminées par le classement des matchs aller. Il prévoit également un match en semaine dans un calendrier très resserré qui impose de jouer toutes les semaines sans interruption, notamment pour les clubs qualifiés en Coupe pour les 1/4.

Cette nouvelle formule confirme l’orientation voulue par la FFR XIII en direction d’une compétition professionnelle qui permette, à la fois, une préparation athlétique de 10 semaines, une lisibilité et une visibilité du championnat national en attirant spectateurs, sponsors et médias dans des périodes de moindre concurrence avec des évènements sportifs majeurs.

La difficulté, on l’aura compris, réside justement dans le passage du ″monde treiziste actuel″, majoritairement amateur,  au nouveau monde souhaité, à dominante professionnelle, dont tous les intervenants, du bénévole de base au Président de la FFR XIII, souhaitent ardemment l’avènement !

La transition, notamment celle de la première année, sera la plus difficile à traverser. Il faut, au niveau de chaque club, notamment des plus petits, revoir totalement la copie et procéder à des arbitrages importants.

La majorité des clubs d’Élite 1 présents au Barcarès a souhaité apporter quelques modifications pour amender le projet initial en introduisant un peu de souplesse à l’ensemble très cohérent qui a été présenté.

Le document définitif sera disponible sur notre site dès que la FFR XIII nous l’aura adressé.

Le monde bouge, la FFR XIII aussi ! Elle réfléchit, agit et innove ! Alors, forcément, elle bouscule les habitudes et bouleverse l’équilibre précaire des structures non-professionnelles, pour viser l’élargissement de sa base et le renforcement de son haut-niveau pour disposer, à l’horizon 2021, d’une équipe de France compétitive.